Jump to content

jmb74

Membre FH
  • Content Count

    254
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

jmb74 last won the day on March 13

jmb74 had the most liked content!

2 Followers

About jmb74

  • Rank
    Pilote
  • Birthday 08/03/1953

Profile Information

  • Sexe
    Array
  • Identité
    Array
  • Localisation
    Array
  • Club
    Array

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. jmb74

    Servo qui saccade

    Voila une bonne avancée vers la résolution du problème, les servos sont donc ok. Je ne connais malheureusement pas le bavarian, mais je suppose qu'il est possible de configurer la fréquence (Hz) et la largeur d'impulsion (ms) des servos. Ces paramètres sont-ils en concordance avec les caractéristiques des servos ? Attention, généralement le servo d'ac a des caractéristiques différentes des servos du cyclique. Si la configuration des servos est correcte, il serait judicieux de réinitialiser complétement le bavarian. Deux méthodes, soit sauvegarder la configuration, réinitialiser le bavarian, puis recharger la configuration depuis la sauvegarde, soit réinitialiser le bavarian et repartir à zéro...
  2. jmb74

    Servo qui saccade

    as-tu essayé de le brancher sur une des deux autres entrées des servos cycliques du bavarian ? (sans mettre l'hélico en vol...)
  3. Concernant la pente de la surface d'atterrissage, c'est possible mais peu probable, sauf à appliquer au cyclique un appui fort sur l'un des patins une fois posé. Le module fbl interprèterait alors cela comme une action du pilote autour de l'axe de roulis, et le senseur ne détectant pas de rotation autour de cet axe puisque le patin est en appui sol, il déclencherait une rotation encore plus prononcée en roulis provoquant l'inclinaison irrémédiable de l'hélico. Mais la puissance étant en diminution puisqu'en phase d'atterrissage, il faudrait vraiment une action prononcée au cyclique pour en arriver là. C'est beaucoup plus fréquent au décollage où la puissance est en augmentation.
  4. Bonjour Ca ressemble bien à un problème de module fbl, mais d'habitude ça le fait au démarrage lorsque le régime rotor augmente. Cela est du à des vibrations parasites, par exemple une mise en résonnance entre le train d'atterrissage et le sol, à un régime rotor précis et suivant la nature du sol. Par expérience, j'ai remarqué que le phénomène survenait plutôt sur sol dur, béton ou goudron. Les modules fbl détestent les vibrations. Cela saturent les senseurs de rotations, le firmware du module n'est plus alors en capacité de piloter convenablement l'hélico. Je ne connais pas le Bavarain Axon, mais peut-être possède-t-il des logs d'analyse des vibrations. Il serait intéressant de les étudier. Les causes peuvent être multiples, donc délicates à identifier, par exemple, train d'atterrissage trop souple, attaches de train d'atterrissage trop libres, pales principales non équilibrées, etc... Sur un hélico grandeur, on peut aboutir à cela :
  5. Effectivement, pour la calibration du mode gov store, il faut faire un premier statio à régime moteur élevé mais pas forcement à 100%. A 80% ou 85% du régime max, c'est suffisant. Un battement du tube de queue signale la validation de la calibration. Une fois réalisé, il n'est plus nécessaire de recommencer, sauf modification du matériel (changement du moteur, changement du rapport de démultiplication, etc...) Il est possible de réaliser la calibration sans les pales (principales et ac), mais la méthode est moins précise car le régime sans les pales est supérieur au régime avec les pales. Les contrôleurs YGE ont un mode governor fonctionnant remarquablement bien, avec une plage de fonctionnement relativement étendue, permettant de descendre relativement bas en régime moteur sans que le governor décroche. C'est très intéressant pour voler à la fois en low rpm et à régime élevé.
  6. Bonjour Je me permets un conseil, bien que je n'utilise jamais le mode gov normal, mais toujours le mode gov store. Il me semble que le mode gov normal recalibre le régime max à chaque démarrage initial. Voir la documentation suivante : http://www.helidigital.com/shop/attachment.php?id_attachment=54 Il est possible que cette calibration ne s'effectue pas correctement. A noter que le mode gov store nécessite une calibration initiale, puis la configuration est enregistrée définitivement.
  7. Les câbles sont sûrement ceux du bon diamètre. C'est facilement reconnaissable car les câbles de 0.13mm2 sont vraiment très fins. Concernant le fail safe, on peut le régler sur le contrôleur (pour les gaz uniquement), sur le récepteur, et sur le module fbl. Le problème, c'est que si chaque composant assure la fonction fail safe, on ne sait plus vraiment qui commande quoi. Dans le cas du brain, en cas de coupure de l'émission radio, les commandes de servos restent dans la dernière position avant l'incident, et la commande de gaz passe au tout réduit. L'hélico poursuit donc sa trajectoire initiale mais sans puissance, ce qui est plus ou moins prédictif... Le Bavarian doit sûrement avoir un fonctionnement identique. C'est un module de qualité au moins égale au Brain. Ce n'est pas la peine de le changer, il suffit d'apprendre son fonctionnement. Lors des réglages initiaux, il est très important de vérifier le fonctionnement du fail safe, même s'il s'agit d'une éventualité très rare. Cela se pratique bien entendu avec les pales principales et ac démontées. Le temps de latence entre la coupure radio et la coupure moteur peut être de 1 à 2 secondes. C'est long quand le moteur tourne plein gaz ! Concernant les batteries, personnellement, je me contente de lipos bas de gamme, car je considère ces éléments comme du consommable. Je suis très satisfait des Turnigy Heavy Duty 6S, 60C, et dernièrement des HRB 6S, 50C. Les capacités en C annoncées sont toujours sujettes à caution, mais à partir de 50/60C, on peut espérer que cela supporte les forts appels d'intensité. En contrepartie, ces lipos bas de gamme sont relativement lourdes par rapport à des lipos haut de gamme. Et pour la simplicité, cela demande souvent beaucoup de réflexion. La simplicité est la sophistication suprême (Léonard de Vinci)
  8. Pas de problème pour alimenter séparément les différentes parties de l'électronique avec les deux sorties du BEC. Elles délivrent rigoureusement la même tension avec la même intensité. Seule la présence du signal gaz sur la sortie master diffère. Comme évoqué dans un précédent message, il faut éviter les montages style centrale à gaz, ou alors faire un schéma de câblage pour s'y retrouver par la suite. Ne connaissant pas le Bavarian, je ne peux pas te donner de conseils, mais plusieurs collègues sur ce forum l'utilisent. Ils vont surement t'aider si tu crées un post spécifique. C'est un bon module. De mon coté, j'utilise un Brain. Les deux alimentations master et slave, ainsi que l'alimentation de secours sont reliées au module . Il se débrouille pour répartir l'intensité entre les servos, le récepteur, les satellites et ses besoins personnels. J'ai ainsi un composant central autour duquel tout est relié. Ce qui ne m'empêche pas de faire systématiquement un schéma de câblage pour mémoire. Autre avantage, j'ai un point unique pour les réglages des fail-safe. Un petit conseil si tu viens à modifier le câblage d'alimentation existant. Si tu utilises des rallonges de servos type JR/Futaba (pour les sorties alimentation master et slave), il existe trois diamètres de câbles : 0,13mm2 (26AWG), 0,21mm2 (24AWG) et 0,32mm2 (22AWG). Pour l'alimentation de la partie servos, il faut utiliser de préférence du 0,32mm2 pour mieux passer l'intensité.
  9. réponse à la 1ère question : les constructeurs de contrôleurs n'ont pas réussi à définir un standard concernant les connecteurs BEC. Ils sont donc restés sur les connecteurs de servo type JR/Futaba. Mais ces connecteurs et leurs câbles n'étaient pas prévus à l'origine pour passer beaucoup d'intensité. Les servos cycliques actuels sont capables de fournir un couple important, mais avec une consommation en pointe assez élevée. D'où la solution de doubler les connecteurs BEC pour fournir une intensité plus importante à l'ensemble de l'électronique. On peut aussi espérer une certaine redondance entre les deux alimentations, mais il est probable que si l'une connait une défaillance électronique, il en sera de même pour l'autre... Pour les plus téméraires, il est aussi possible d'alimenter une partie de l'électronique avec une sortie BEC, et une autre partie de l'électronique avec l'autre sortie BEC. A noter que l'alimentation master transmet le signal rpm, alors que l'alimentation slave ne le transmet pas. réponse à la 2ème question : les MKS ont très peu de jeu, même après un usage intensif (sauf crash)
  10. waouh, superbe et rare Si je peux me permettre deux petits conseils : Il est prudent de sécuriser les connecteurs avec un petit filet de colle chaude. Les connecteurs de servo ont été conçus sans verrouillage, ils tiennent donc assez moyennement. C'est par exemple le cas des connecteurs Master et Slave qui sortent du Kontronik. C'est pareil sur le module fbl. Il est impératif de protéger les câbles qui passent sur une arête vive d'un flanc carbone. Même si les arêtes ont été adoucies au papier de verre (photo 1), il est toujours possible qu'avec le temps et les vibrations l'isolant du câble se détériore et provoque un court-circuit fatal. Il serait prudent de protéger les câbles Master et Slave à la sortie du contrôleur à l'endroit du passage sur le flanc carbone par une gaine de protection nylon.
  11. Effectivement, le buffer pack de R2 prototyping assure la fonction d'alimentation de secours, tout au moins le temps que les condensateurs se déchargent : https://world-of-heli.de/en/antrieb-elektro/bec/1st-buffer-3x50f-_-v4.8-0_5-mm_-jr-kabel---600-800.html C'est certes un temps très court, quelques dizaines de secondes, mais suffisant pour effectuer une autorotation. Après, il y a un choix à faire entre alimentation par BEC ou lipo de réception. L'alimentation par le BEC a l'avantage de la simplicité, mais est dépendante du bon fonctionnement du contrôleur. L'alimentation par lipos de réception a l'avantage de fonctionner indépendamment du contrôleur, mais présente la contrainte de bien gérer la charge des lipos. Attention aux usines à gaz qui iraient à l'encontre de la sécurité. Par exemple, le BEC du Kontronik ne supporte pas bien les courants de retour intempestifs. Dans ce cas, le contrôleur a une fâcheuse tendance à se réinitialiser en vol !
  12. Bonjour Peut-être est-ce ce dispositif : https://www.helimecaservices.fr/boutique/optiguard/r-tampon-3x50f-pre-assemble-avec-connecteur-jr.html Dans ce cas, c'est identique au optipower utltra guard et scorpion backup guard. C'est même mieux puisqu'il n'y a pas de lipo. Personnellement, j'utilise des optipower ultra guard. La lipo de la sauveagarde se recharge pendant le vol à partir de la lipo de propulsion, mais il faut systématiquement déconnecter la lipo de la sauvegarde à la fin des vols. Sinon, la faible consommation interne de l'électronique embarquée finit par la vider, et donc entrainer son dysfonctionnement à court terme. Le dispositif avec des condensateurs me semble suffisant, car de toute façon, on a besoin de cette alimentation de secours juste le temps d'effectuer l'autorotation, ce qui ne devrait pas durer bien longtemps 😓 Il existe cependant une éventualité plus vicieuse, quoique hautement improbable, celle où le BEC lâche, mais pas la partie alimentation de puissance du contrôleur. Dans ce cas, il faut un dispositif de signalisation pour indiquer au pilote de poser dans les plus brefs délais. Pour l'optipower ultra guard, quand il assure l'alimentation en secours, un module additionnel émet un flash à haute intensité. Et je rejoins les propos de 12bandit 🙂. Quand on met en l'air une machine de plusieurs milliers d'euros, on en est plus à quelques dizaines d'euros pour améliorer la sécurité.
  13. Sauf cas particuliers, souvent une configuration matérielle inappropriée, les mises en protection thermiques du contrôleur sont très rares. Par contre, tous les petits problèmes annexes, par exemple une mauvaise soudure d'un connecteur de lipo ou un sertissage de câble d'alimentation qui lâche en vol, sont plus fréquents. Dans ce cas, une alimentation de secours permet au moins d'engager une autorotation. Même si elle est plus ou moins réussie, c'est toujours mieux que de regarder tomber son hélico sans pouvoir rien faire 😭
  14. En cas de 3D hard, de contrôleur sous-dimensionné ou de rapport de démultiplication inapproprié, il n'est pas exclu d'être confronté à une mise en protection thermique au plus mauvais moment...Si le contrôleur se met en protection, on perd aussi le bec, donc tout contrôle sur l'hélico , sauf à avoir une alimentation de secours type optipower utltra guard ou scorpion backup guard. L'ajout d'un ventilateur réduit très sensiblement la température du contrôleur. Une protection très efficace pour un coût dérisoire.

Copyright 2002-2017 par FRANCE-HELICO.COM

France-Helico est un site créé sans but commercial par des passionnés de l'hélicoptère.
×