Bienvenue sur France Helico

Connectez-vous pour accéder à toutes les fonctionnalités de le communauté FRANCE-HELICO.com.


  • mike

    Par mike, dans Mécanique

    Je rappellerai souvent les consignes de sécurité élémentaires au démarrage (fréquence libre, tenue du rotor, moteur au ralenti pour démarrer, aucun mixage activé, mode normal.), afin que celles-ci soient bien ancrées dans votre servo… heu ! Cerveau…
    Avant même de donner le coup de démarreur, faites une verification des commandes. Il n'est pas rare , apres avoir démarré la machine, de se rendre compte que la radiocommande n'est pas dans le bon "modèle" lorsque vous utilisez le même emetteur pour plusieurs machines.
    Il faudra absolument à ce qu’il n’y ait personne autour de l’appareil lorsque le rotor commencera à tourner. La vitesse des bouts de pales pouvant atteindre les 400 km/h, je vous laisse imaginer les dégâts corporels qu’elles peuvent infliger en cas de rencontre avec n’importe quelle partie du corps.
    Aussi, il ne faudra pas s’approcher (vous, le pilote) à moins de 5 m de l’hélicoptère rotor tournant, sauf lorsque le moteur sera au ralenti, pour le freiner avec la paume de la main posée sur la partie centrale. Attention dans ce cas aux jambes, aux vêtements qui pendouillent, et à l’antenne de la radiocommande !
    Attention aussi aux spectateurs toujours curieux qui ne manqueront pas de s’agglutiner autours de vous, lorsque la machine aura émit ses premiers râles ! Veillez à faire la police, et ne pas hésiter à leur dire de se tenir à distance de l’hélico et aussi de vous (attention aux enfants, aux chiens, etc. !).
    Une règle importante à respecter sur tous les terrains: votre appareil devra évoluer devant vous à une distance raisonnable. les translations ne devront en aucun cas se faire au dessus de votre tête.
    Et surtout, il est trés important qu'à aucun moment de l’évolution de votre appareil,que celui-ci se trouve entre vous et les spectateurs.
     
    Les spectateurs devront se trouver systématiquement dans votre dos et à une distance importante.
    L’hélicoptère pouvant dévier dans n’importe quel sens, au cours du vol stationnaire, la direction du fuselage ne sera pas une indication de sa trajectoire. Il serait stupide, si des spectateurs sont derrière vous, de reculer lors d’une éventuelle embardée de la machine, et de se retrouver derrière les curieux !
    Un mot aussi sur la sécurité qui sera développée plus loin. L'hélicoptère radiocommandé n'est pas un jouet pour adultes attardés qu'on achète sur un coup de tête !
    C'est une machine volante relativement complexe, fragile et délicate, qui peut se révéler dangereuse, et qui ne tolère pas les assemblages approximatifs. Aussi des mesures de précaution devront êtres prises pour éviter l'usure prématurée des différents composants et les accidents corporels pour vous et pour les spectateurs qui pourront en découler.
    De plus, ne penser pas qu'un hélicoptère n'a pas besoin d'espace pour voler. Sortez-vous tout de suite de la tête l'idée séduisante d'essayer de le faire voler dans votre jardin, même si c'est un grand jardin (sauf si vous habitez un grand parc dégagé de plusieurs hectares, mais bon !).
    Même en électrique (moins de nuisance sonore, l'hélicoptère en stationnaire peut déraper dans tous les sens sous l'action d'une rafale de vent ou un ordre mal appliqué. La direction du fuselage n'est pas la direction qu'il peut prendre. Si le mur de votre maison, la clôture, un arbre ou pire, un curieux, se trouvait sur sa trajectoire, inutile de vous expliquer les conséquences!
    II lui faudra donc de l'espace, ne serait-ce pour que vous ayez le temps de réagir afin d'appliquer les corrections dans le bon sens. Et puis psychologiquement parlant, il est traumatisant de savoir ces obstacles près de vous et de votre cher hélicoptère.
    En plus, si une panne radio, un brouillage radio ou une panne mécanique survenait et que votre joujou se mette tout seul plein gaz, il pourrait partir en altitude dans une superbe parabole pour retomber sur la maison du voisin ou, plus grave sur votre voisin (ben quoi ? Ça peut arriver !)
    Un hélicoptère dont le rotor tourne peut glisser dans n'importe quel sens.
    Un coup de vent un ordre mal appliqué, une panne mécanique ou radio peuvent le faire se déplacer dans n'importe quelle direction.
    C'est la raison pour laquelle il faut de l'espace pour faire tourner un hélicoptère.
    Les pales atteignent à leur extrémité une vitesse de l'ordre de 400 km/h.
    En cas de contact avec quelque chose ou quelqu'un, les dégâts pourront être très importants.
    Elles éclateront et pourront devenir des projectiles.
     
    ATTENTION : La fiabilité ne sera jamais garantie à 100%, et il existera toujours un risque de panne, quelque soit le soin que vous aurez mis pour assembler votre mécano et votre niveau de pilotage...
     
    II faudra aussi s'habituer au bruit généré par l'hélicoptère qui, bien que non assourdissant (quoique !), pourra engendrer un stress paralysant (phénomène qu'on n'a pas sur le simulateur !). Dans toutes les phases de vol, aussi bien au décollage, à l'atterrissage que pendant le vol, le bruit sera quasiment le même, presque plein gaz ! Même à 5 mètres de vous !
    De plus, de savoir le rotor tournant pas très loin de vous, il y aura parfois de quoi paniquer, au début en prenant conscience du danger potentiel que représente ce hachoir à viande volant !
    JcC
    Bonjour,
    La charge des lipos est un sujet vaste. Il fait l'objet de nombreuses questions des débutants et de fait de nombreux topics redondant.
    Ce Tuto à pour objet de vulgariser les éléments à connaitre et de proposer du matériel, de qualité, à moindre coûts.
    J'utiliserai volontairement "certains raccourcis" pour éviter de noyer les néophytes. Tout cela est théorique mais ponctué de conseils pratiques, fruits de l'expérience des membres du forum.
     
    Généralités sur la lipo :
    Une lipo est composée d'un ou plusieurs éléments. Chacun d'eux à une tension chargée de 4,2 volts. Une lipo 6S (6 éléments) aura donc une tension totale chargée de 25,2 volts.
    Les lipos 1S mise à part, elles possèdent deux connecteurs :
    La prise principale composée de deux câbles noir et rouge et la prise d'équilibrage.
    Attention il existe plusieurs types de prise d'équilibrage, il faut veiller à ce que son chargeur soit compatible ou à acheter un adaptateur.
     

    Une lipo se définie principalement par quatre critères :
    - Son nombre d'éléments qui fixe la tension totale. - Sa capacité exprimée en mAh ce qui correspond à l'autonomie - Son taux de décharge exprimé en C. Une lipo de 2000 mAh et 30C pourra fournir un courant de 30 X 2000 mA soit 60 A. Il est fréquent que les lipos présentent deux taux de décharge, le premier est pour une décharge constante, le second pour les forts appels de courant brefs. Attention, les "lipos bas de gamme, généralement sans marque" présentent souvent un taux de décharge réel très inférieur à celui annoncé par le fabriquant et sont de piètres qualités. - Sa capacité de charge, exprimée en "C". Par exemple une lipo de 2000 mAh rechargeable à 1C devra être rechargée à 2000 mA soit deux ampères. La charge durera Approximativement une heure. La même lipo mais prévue pour 2C pourra être rechargée à 4A en 30 minutes, etc ... Une lipo qui ne comporte aucune information sur sa capacité de rechargement doit être chargée à 1C.  
    Comment choisir ses lipos :
    Avant de commander frénétiquement, définissez vos besoins. Si votre machine fonctionne en 3S, n'allez pas acheter autre chose.
    En ce qui concerne la capacité qui conditionnera l'autonomie, il faut prendre en compte le poids de la lipo et aussi son volume (sans quoi elle ne rentrera pas sous la bulle)
    Le taux de décharge devra être adapté au moteur de la machine. Si vous avez une lipos de 3S de 2000mAh soit approximativement 12,6 volts et que votre moteur fait 500 wats, il faudra que votre lipo présente un taux de décharge fort.
    500 : 12,6 = 40 A --> soit théoriquement un peu plus de 20C. En pratique, on choisira une lipo beaucoup plus puissante. Sans entrer dans les détails, au fur à mesure de la décharge, la tension des éléments de la lipo baissent. Ainsi en fin de vol, on obtient pour une lipo 3S : 3,7 X 3 = 11 volts soit une consommation de 45A.
     
    Comment entretenir et recharger une lipo :
    Un élément lipo ne doit jamais descendre en dessous de 3,5 volts voir même 3,7. Généralement on évitera de dépasser 80% de décharge.
    Pour recharger la lipo, on utilise un chargeur adapté. Il convient de le régler pour qu'il équilibre les éléments à 4,2 volts en fin de charge. Cela améliore la durée de vie des lipos et l'autonomie.
     
    Ce qu'il ne faut jamais faire sous peine de feu ou d'explosion :
    - Surcharger une lipo au delà de 4,2 volt par élément ou avec une intensité pour laquelle elle n'est pas prévue.
    - Percer une lipo
    - Mettre en court circuit une lipo.
    - Charger une lipo sans la surveiller
     
    Choix du chargeur :
    Il vous faut absolument un chargeur pour lipo !!!
    Il vous faudra également définir vos besoins. Un chargeur comporte deux informations importantes :
     
    - Le nombre d'éléments qu'il peut recharger simultanément.
    - La puissance totale de charge en watts.
     
    La plupart des chargeurs à bas prix offre une puissance de 50 watts en 6S. Soit en restant fidèle à la formule P (puissance en watt) : U (tension) X I (intensité) :
     
    Pour une lipo de 3S on pourra charger au maximum à 4 A soit 2C environ pour une lipo de 2000 mAh.
    Pour une lipo de 6S, on pourra charger à 50 watt / 25 volts = 2 A soit pour uen lipo de 3000 mAh une charge de 1 heure 30.
     
    Si vous prenez un chargeur développant 250 watts, les temps annoncés ci-dessus sont divisés par 5, à condition bien sur que les lipos rechargées supportent des intensités de rechargement assez importantes.
     
    Conseils d'achats :
    Pour les lipos destinées aux débutants, le meilleur site est hobbyking.com. Le choix est vaste et les prix bas.
    Pour le chargeur, deux choix s'offrent à vous :
    - Privilégier le prix : on trouve de bon chargeur (fiables avec un bon équilibrage des lipos) pour une quarantaine d'euros (alim comprise). Ils font généralement 50 watts ce qui est suffisant pour débuter en 3S (hélico de taille 450 et moins)
     
    exemple : Emax B6, Ultramat de graupner, etc ...

    - Privilégier la puissance : Un chargeur de 250 watts coute plus cher et nécessite une alimentation puissante capable de l'alimenter (20 à 25 ampères). Il faut compter une centaine d'euros pour du matériel correct comme les Ichargeur.

    exemple : Les gammes Hypérion, Icharger, Etc ...
    Quelque soit votre choix, privilégiez un chargeur d'au moins 6S qui vous permettra d'évoluer ou de charger 2 lipos 3S ensemble.
    Attention à l'alimentation du chargeur, les moins puissants intègrent parfois une alimentation 220 volts qui permet de les brancher directement, pour les autres, il faudra prévoir une alimentation stabilisée en 12, 15 ou 24 volts dont la puissance sera choisie en fonction de la consommation du chargeur ou des chargeurs.
    Surtout n'achetez pas des copies ou des appareils manifestement peu chers. L'équilibrage ne sera pas bon, la fiabilité douteuse et je ne parle pas des risque d'incendie.
    stargate
    Pour charger 2 lipos 3s en serie (identique en mAh pour les batteries).
    Se munir d'un cordon Y d'équilibrage permettant de se connecter sur une seule prise du chargeur et d'un cordon en série pour la charge.
    Bien respecter le sens des polarités, si non court-circuit : voir la prise de vue.
     
    Ceci est valable pour du 2s = 4s, 4s = 8s, 6s = 12s et mettre les mAh du chargeur à la valeur d'une batterie
    ex : (2x3s à 3000 mAh = 6s à 3000 mAh du chargeur).
    Pascal Boullé

     
    rim59
    Petit tutos pour expliquer comment configurer RF7 interface USB et la DX6i en mode 1 RF7 interface USB et la DX6i mode 1

    configuration du modèle sur la DX6i
    créer un nouveau modèle sur votre DX6i.
    Définissez le type de modèle heli
    Nommer votre nouveau modèle
    choisir 1 Servo, 90deg
     

    Réglez le inversion de servo comme ceci:
     

    dans Travel ADJ mettre tous a 125 %
     

    Dans le menu Gyro, réglez le commutateur sur "SW-GYRO" et mettre
    (0  à 0% et (1  à 100%.
     

    Voici les courbes de gaz que j'utilise :
    normale 0-50-80-90-100
     

    idle up 100-95-90-95-100
     

    autorotation -0,0
     

    Et les courbes de pas correspondant:
    courbe normale 35-42.5-50-75-100

     
    idle up et autorotation de 0 à 100
     
     
    Tout est fait sur la DX6i!
    Dans RealFlight
    menu Simulation /Select controler/ Interlink puis edit et définir comme suit:
     
    decocher les deux cases "enable soft radio mix" et "enable soft radio dual rates et expo"
    puis enregistrer sous Spektrum DX6i local (par exemple)
    voila tout est fait!
    BON VOL  
    Gélam

    Par Gélam, dans Mécanique

    Hello,
    Une vis tète cruciforme récalcitrante, l'empreinte est abimée et le tournevis n'accroche plus, c'est pas grave, un peu de pâte à roder sur la pointe du tournevis et l'affaire est réglée!  c'est bluffant comme ça accroche.

    Gélam

    Par Gélam, dans Mécanique

    le taraudage:
    Pour commencer, lors de l'achat, évitez toutes les vach.... des magasins de bricolage pas cher, du camion,etc.... achetez des tarauds de qualité, le travail sera lui aussi de qualité.
    Il serait dommage de casser un taraud "pas cher" dans une pièce chère .

    Pour tarauder il faut un trou, ce trou correspond a peu près au Ø du noyau de la vis.
    M2 on perce à 1.6 ou 1.7 M2.5 on perce à 2 ou 2.1 M3 on perce à 2.5 ou 2.6 M4 on perce à 3.3 M5 on perce à 4.2 M6 on perce à 5 M8 on perce à 6.8 M10 on perce à 8.5
    Il y a des différence de Ø de perçages dans les petites dimensions parce que l'outil est très fragile et qu'il faut tenir compte du matériau usiné, du dural, s'usinera mieux qu'un cuivre, donc on favorisera le fond de filet en perçant un peu plus petit. C'est pratiquement du cas par cas.

    Il faut faire attention il y a de nombreux autres standards surtout aux US, ceux que j'ai cités sont ISO , les US sont facilement reconnaissables car pour le même Ø le pas est souvent plus gros. Dans certains cas il est possible de les reprendre en taraudant ISO.
    En modélisme on retrouve souvent des pas "US" car les avions ou les plans de fabrication viennent de là bas, on en retrouve aussi sur certains moteurs notamment les taraudages des glows (1/4 - 32 filets).

    Les tarauds « pro » sont recouverts de différentes vapeurs métalliques, pour limiter l'usure sur les commandes numériques.
    Dans notre utilisation il vaut mieux utiliser les bagues vert universel, les bagués bleus pour l'inox, les bagués jaune pour les alliages d'alu et les plastiques, et le bagués blancs pour les alliages de fontes et les aciers durs.
    Mais là on sort de l'utilisation modéliste.

    Pour tarauder c'est assez simple mais ça demande de la minutie, l’outil est très fragile et une fois cassé dans le trou !!!! on arrive à l’extraire mais l’opération est délicate.

    Il faut ce qu'on appelle un tourne à gauche
    Voici 2 exemples, il en existe une multitude car les anciens mécanos faisaient leurs outils.

    Le perçage étant effectué bien d’équerre et ébavuré par un chanfrein légèrement supérieur au Ø final, on y positionne le taraud, lubrifié d’huile de coupe, pas d ‘huile de voiture ou autre huile de graissage, ces huiles sont justement étudiées pour éviter les arrachement de métal, pour tarauder il faut le contraire, on peut utiliser du suif, de l’huile de colza, ou pour l’alu du pétrole.
    On force un peu axialement sur le T à G de façon à faire mordre les premiers filets du taraud, on contrôle l’équerrage, après il sera trop tard, et ensuite on tourne à droite pour usiner le filetage, mais, comme un taraud est fragile et que l’on fait beaucoup de copeaux par rapport à la taille de l'outil, il faut casser les copeaux en dévissant d’un quart de tour tous les demis tours.
    Pour ceux qui n’ont jamais taraudé il vaut mieux essayer avant sur un morceau d’acier qui ne sert à rien que sur une pièce de valeur.
    C’est une opération très courante en méca, plus difficile à expliquer qu’à réaliser.

    EDIT:
    Je n'ai pas parlé des tarauds à goujures hélicoïdales, ces tarauds sont plutôt employés pour les trous borgnes , leurs utilisation reste identique aux tarauds classiques.
    Idem pour les jeux constitués de 3 tarauds , 1 ébaucheur, 1 1/2 finisseur et 1 finisseur, l'utilisation est la même sauf qu'il faut passer chaque taraud dans l'ordre, il y a un repère sur le corps, souvent 1 cercle, 2 cercles et 3 cercles. 
    Aveclalangue
    Voici le diagramme de fonctionnement du carburateur de l'YS120. Les angles ne sont pas 100% exactes, mais ils donnent une idée relativement précise de la plage de fonctionnement de chaque pointeau.
     
    Il devient maintenant évident de comprendre que l'on ne se sert que de la vis de ralenti pour régler celui-ci.
     
    On s'aperçoit aussi que le PI diminue plus l'ouverture du carburateur est importante afin d'éviter la suralimentation lorsque le PP sera actif.
     
    Il apparaît aussi clairement qu'il ne sert à rien de toucher le PP lorsque l'on cherche à affiner son réglage de base pour le stationnaire ou pour translater, le carburateur n'étant pas suffisament ouvert.
     
    J'espère que ce diagramme vous aidera à mieux comprendre le fonctionnement du carburateur de l'YS120 et qui vous facilitera à l'avenir le réglage de celui-ci.
     
    diag ys120.pdf
    JcC
    Bonjour,
    En premier lieu veuillez lire attentivement ce qui suit :
    La manipulation proposée est dangereuse si vous n'avez pas un minimum de connaissances en électricité. Il s'agit d'ouvrir une alimentation ce qui présente un risque réel d'électrisation. Le topic de ce forum, qui débat de ce sujet, permet de cerner la difficulté de la chose et le risque d'incendie qui découle de l'utilisation de ces alims. En aucun cas, ce forum ou moi même, ne pourront être tenu responsable de vos bêtises.  
    Sources :
    Convert HP server power supply for RC use
    2x HP server PS for 24V
    DPS-600PB
     
    Matériel nécessaire :
    - Pour du 12,5 volts (47A) une alimentation HP DPS-600PB. Il en faut deux pour du 25 volts et 47A soit 1175 watts. Sur la baie, on en trouve, en Europe, à moins de 20 euros livrée / pièce. - Un ou deux cordons d'alimentation PC. - De la connectique (j'ai utilisé des quatre prises PK, femelles, de 4mm) - Quelques vieux câbles de servos. - Un bon fer à souder.  
    Tutoriel :
    Les informations ci dessous concernent les alimentations HP DPS-600PB
     
    Pour réaliser une alimentation de 12 volts :
    rien de plus simple. Il suffit de vous conformer au schéma suivant :

    Les connections en bleu permettent le démarrage forcé de l'alim. Il est possible d'y intercaler un interrupteur.
     
    Pour réaliser une alimentation de 24 volts :
    Il vous faut modifier deux alimentations comme expliqué ce-dessus. Le soucis, c'est si vous les branchez en série, il vous faudrait débrancher l'une des deux prises de terre. (cordons 220 volts) De fait, vous perdez en sécurité et si les deux alims se touchent, elles se coupent ... bref rien de rassurant.
    Une fois que vous avez modifié vos deux alims pour adapter les prises PK (en ce qui me concerne, soudées directement entre les lamelles en cuivre) et forcer le démarrage de l'alim, il convient d'en modifier une pour couper le DC Ground. Ainsi en joignant définitivement les deux alims, elles partagent la même terre.
    Vous n'aurez plus besoin de retirer un fil de terre sur les cordons de 220 volts.
    Pour ce faire :
    Ouvrez une des deux alims et reproduisez le schéma suivant :

    Appliquez vous à bien tester que le boitier de cette alim modifiée n'est plus à la terre.
    Puis branchez le tout comme suit :

    On obtient alors ceci :

     
    Bon courage à tous et soyez prudents !

Copyright 2002-2015 par FRANCE-HELICO.COM

France-Helico est un site créé sans but commercial par des passionnés de l'hélicoptère.