Aller au contenu
helicogui

connexion Brain 2 HD à un récepteur

Messages recommandés

Bonjour,

Je suis un débutant(+) en hélico et je commence à brancher un Brain 2 HD à un récepteur 8 voies JR Propo. Quelqu'un pourrait-il aimablement me préciser les connexions à la borne "456":

- Sur quelle broche de la borne du Brain se branche le fil "pitch"? En bas, au centre, ou au dessus?

- A quoi correspond sur le récepteur la sortie "channel selection" . Je suppose que c'est la commande "mode de vol" pour le Brain mais comment l'obtenir et à quelle broche de la borne "456" se branche le fil correspondant?

- j'ai bien compris qu'il valait mieux ne pas brancher le fil rouge du gain de l'AC.

Chaleureusement Merci au lobbyiste qui voudra bien me mettre sur la voie.

Helicogui 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour Helicogui, et bienvenue sur le forum FH :)

 

Quelle machine es-tu en train de monter ?

Quelle est ton expérience en hélico RC ?


Steph 66 moniteur hélico RC à Argelès => http://www.stageaeromodelisme.com

Beam AvantGarde / Spectra-G / XCell Fury / Fury 55 / Trex 500 GF FBL BeastX / Trex 450 PRO FBL BeastX / Protos BeastX / MiniProtos BeastX

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

 

Effectivement, le tutorial est assez imprécis concernant la connexion du brain avec un récepteur standard.

Il faut dire que la plupart des récepteurs communiquent désormais avec le brain en utilisant un protocole spécifique, ce qui simplifie considérablement le câblage : S.Port pour FrySky, S.Bus, S.Bus2 pour Futaba, HoTT pour Graupner, EX Bus pour Jeti, SRXL pour Spektrum.

Il faut te référer au tutorial, dont voici le schéma (brain et ikon sont strictement identiques) :

https://www.helifreak.com/attachment.php?attachmentid=670612&d=1473344661

 

Notes bien que la voie "4-5-6" du brain ne doit en aucun cas recevoir une tension d'alimentation sous peine de destruction immédiate du module.

Par contre, toutes les autres voies du brain sont susceptibles de recevoir une tension d'alimentation. (cas d'alimentations doublées et de backup) 

 

Pour la voie "4-5-6', il faut utiliser le câble spécifique livré avec le brain, comportant d'un coté 3 connecteurs jr et de l'autre un seul.

Comme indiqué dans le schéma :

le connecteur avec le fil blanc se connecte sur la voie "pitch" du récepteur

le connecteur avec le fil rouge se connecte sur la voie "tail gain" du récepteur

le connecteur avec le fil noir se connecte sur la voie "setup selection channel" du récepteur

le connecteur opposé regroupant ces trois fils se connecte sur la voie "4-5-6" du brain, le fil noir en bas

 

Notes que tous les connecteurs se placent dans le même sens sur toutes les voies du brain : négatif (noir) en bas, positif (rouge) au milieu, signal (blanc) en haut.

 

La voie "setup selection channel" correspond effectivement à la sélection du mode de vol.

 

Concernant le gain gyro, il est conseillé de ne pas le connecter seulement dans le cas de l'utilisation d'un émetteur-récepteur 6 voies. En effet, dans ce cas, il va manquer des voies pour exploiter toutes les fonctionnalités du brain. Avec un émetteur-récepteur comportant plus de voies, il n'y a aucun problème. 

 

Bon montage

 

JM

Modifié par jmb74

XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎03‎/‎02‎/‎2019 à 10:54, steph66 a dit :

Bonjour Helicogui, et bienvenue sur le forum FH :)

 

Quelle machine es-tu en train de monter ?

Quelle est ton expérience en hélico RC ?

Bonjour steph66,

Merci de ton accueil sympathique. Je monte un Trex 500. Cela fait environ 4 ans que je pratique de l'hélico dans 3 clubs et j'en suis toujours au stade du stationnaire et de petits déplacements. J'espère avoir avec le Brain une solide stabilité pour me permettre de pouvoir enfin évoluer dans le pilotage plutôt que de chercher à ne pas me crasher!

Merci pour tes avis.

helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎03‎/‎02‎/‎2019 à 13:21, jmb74 a dit :

Bonjour

 

Effectivement, le tutorial est assez imprécis concernant la connexion du brain avec un récepteur standard.

Il faut dire que la plupart des récepteurs communiquent désormais avec le brain en utilisant un protocole spécifique, ce qui simplifie considérablement le câblage : S.Port pour FrySky, S.Bus, S.Bus2 pour Futaba, HoTT pour Graupner, EX Bus pour Jeti, SRXL pour Spektrum.

Il faut te référer au tutorial, dont voici le schéma (brain et ikon sont strictement identiques) :

https://www.helifreak.com/attachment.php?attachmentid=670612&d=1473344661

 

Notes bien que la voie "4-5-6" du brain ne doit en aucun cas recevoir une tension d'alimentation sous peine de destruction immédiate du module.

Par contre, toutes les autres voies du brain sont susceptibles de recevoir une tension d'alimentation. (cas d'alimentations doublées et de backup) 

 

Pour la voie "4-5-6', il faut utiliser le câble spécifique livré avec le brain, comportant d'un coté 3 connecteurs jr et de l'autre un seul.

Comme indiqué dans le schéma :

le connecteur avec le fil blanc se connecte sur la voie "pitch" du récepteur

le connecteur avec le fil rouge se connecte sur la voie "tail gain" du récepteur

le connecteur avec le fil noir se connecte sur la voie "setup selection channel" du récepteur

le connecteur opposé regroupant ces trois fils se connecte sur la voie "4-5-6" du brain, le fil noir en bas

 

Notes que tous les connecteurs se placent dans le même sens sur toutes les voies du brain : négatif (noir) en bas, positif (rouge) au milieu, signal (blanc) en haut.

 

La voie "setup selection channel" correspond effectivement à la sélection du mode de vol.

 

Concernant le gain gyro, il est conseillé de ne pas le connecter seulement dans le cas de l'utilisation d'un émetteur-récepteur 6 voies. En effet, dans ce cas, il va manquer des voies pour exploiter toutes les fonctionnalités du brain. Avec un émetteur-récepteur comportant plus de voies, il n'y a aucun problème. 

 

Bon montage

 

JM

Bonjour jmb74,

 

Grand merci pour la rapidité de ta réponse particulièrement précise.

Le câble spécial 3 voies que tu décris n'était pas fourni avec le Brain 2 HD que j'ai commandé chez Heli Digital. Je compte donc faire les raccordements 456 par câbles distincts, grâce aux indications précieuses que tu m'as données.

Je crois comprendre dans tes explications que le gain gyro peut être raccordé si l'on dispose d'un récepteur de plus de 6 voies. Or, le tuto de Brain conseille de laisser Brain générer ce gain en interne. Qu'en penses-tu?

Enfin, comment obtenir sur le récepteur la voie "mode de vol"? Peux-tu m'en indiquer le procédé?

Mille excuses pour mes questions qui peuvent paraître puériles et en tout cas merci encore.

helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A quels clubs es-tu ? Il y a des pilotes hélicos pour t'aider, te conseiller ?

 

Quels sont tes autres hélicos ?

 

Tu fais un peu de simulateur ?


Steph 66 moniteur hélico RC à Argelès => http://www.stageaeromodelisme.com

Beam AvantGarde / Spectra-G / XCell Fury / Fury 55 / Trex 500 GF FBL BeastX / Trex 450 PRO FBL BeastX / Protos BeastX / MiniProtos BeastX

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, steph66 a dit :

A quels clubs es-tu ? Il y a des pilotes hélicos pour t'aider, te conseiller ?

 

Quels sont tes autres hélicos ?

 

Tu fais un peu de simulateur ?

Bonjour steff 66,

 

Je suis abonné à 3 clubs de la région parisienne dont 1 ne parle pas du tout hélico, un autre porte l'accent sur l'avion et le troisième inflige des restrictions sur la pratique dans cette discipline. Je me suis immédiatement préférer l'hélico pour ses difficultés techniques et de pilotage!

J'ai débuté avec les tous premiers hélicos bi-rotors, monos avec des gyros instables pour ne garder actuellement que le Blade 230S et une copie du Trex-500 que j'ai équipé d'une tête DFC et que je compte "enrichir du Brain". J'ajoute que j'ai suivi quelques cours payants qui m'ont permis de "débloquer" mes doigts.

Amicalement,

helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

En réponse à tes questions :

- pour le gain gyro

Il n'y a pas de différence d'efficacité à régler le gain gyro dans le logiciel du brain ou dans l'émetteur, si celui-ci dispose de plus de 6 voies.

C'est seulement l'aspect fonctionnel qui diffère, lors de la modification du gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans le logiciel, il faut connecter le brain à un ordinateur, démarrer le logiciel du brain et aller modifier la valeur de gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans l'émetteur, il suffit d'aller dans la configuration de l'émetteur, sélectionner la voie affectée au gyro, et régler la course de cette voie. Sur le terrain, c'est quand même plus pratique.

- pour le mode de vol

Le brain attends de recevoir un signal de la voie 6 ou 7 du récepteur.

Je prends pour exemple ma configuration avec un émetteur Spektrum DX9.

J'utilise la voie 7 de l'émetteur, à laquelle j'ai affecté un interrupteur 3 positions. J'ai réglé la course de cette voie à -100% pour la position 1 de l'interrupteur, 0% pour la position 2 et +100% pour la position 3.

Ensuite, pour contrôler le bon fonctionnement, il faut aller dans le menu basique (Wizard menu), étape 5 - configuration émetteur, canaux du récepteur, pour le canal "Configuration actuelle", on voit l'affichage configuration 1/2/3 changer en fonction de la manipulation de l'interrupteur affecté à la sélection du mode de vol.

Pour compléter ces explications, dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Général, Récepteur

fenêtre "Assignement des voies", "Sélection Config.", on visualise l'assignation de la voie de l'émetteur

fenêtre "Canaux de récepteur", "Configuration actuelle", on visualise le fonctionnement de l'interrupteur comme expliqué précédemment

 

Je te conseille de suivre pas à pas le logiciel, et cela devrait très bien se passer. Je te conseille aussi de t'en tenir aux valeurs par défaut qui répondent à 95% des situations.

Je te déconseille vivement de modifier les paramètres avancés sans connaissance, sous peine de te lancer dans une aventure sans fin...

Les exponentiels sont cependant modifiables sans trop de complexité.

 

Bon montage

 

JM

 

 


XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎06‎/‎02‎/‎2019 à 19:48, jmb74 a dit :

Bonjour

En réponse à tes questions :

- pour le gain gyro

Il n'y a pas de différence d'efficacité à régler le gain gyro dans le logiciel du brain ou dans l'émetteur, si celui-ci dispose de plus de 6 voies.

C'est seulement l'aspect fonctionnel qui diffère, lors de la modification du gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans le logiciel, il faut connecter le brain à un ordinateur, démarrer le logiciel du brain et aller modifier la valeur de gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans l'émetteur, il suffit d'aller dans la configuration de l'émetteur, sélectionner la voie affectée au gyro, et régler la course de cette voie. Sur le terrain, c'est quand même plus pratique.

- pour le mode de vol

Le brain attends de recevoir un signal de la voie 6 ou 7 du récepteur.

Je prends pour exemple ma configuration avec un émetteur Spektrum DX9.

J'utilise la voie 7 de l'émetteur, à laquelle j'ai affecté un interrupteur 3 positions. J'ai réglé la course de cette voie à -100% pour la position 1 de l'interrupteur, 0% pour la position 2 et +100% pour la position 3.

Ensuite, pour contrôler le bon fonctionnement, il faut aller dans le menu basique (Wizard menu), étape 5 - configuration émetteur, canaux du récepteur, pour le canal "Configuration actuelle", on voit l'affichage configuration 1/2/3 changer en fonction de la manipulation de l'interrupteur affecté à la sélection du mode de vol.

Pour compléter ces explications, dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Général, Récepteur

fenêtre "Assignement des voies", "Sélection Config.", on visualise l'assignation de la voie de l'émetteur

fenêtre "Canaux de récepteur", "Configuration actuelle", on visualise le fonctionnement de l'interrupteur comme expliqué précédemment

 

Je te conseille de suivre pas à pas le logiciel, et cela devrait très bien se passer. Je te conseille aussi de t'en tenir aux valeurs par défaut qui répondent à 95% des situations.

Je te déconseille vivement de modifier les paramètres avancés sans connaissance, sous peine de te lancer dans une aventure sans fin...

Les exponentiels sont cependant modifiables sans trop de complexité.

 

Bon montage

 

JM

 

 

Bonsoir Jmb 74,

 

J'apprécie le souci de la précision et la pédagogie dans tes réponses. J'ai enfin fini de câbler le Brain (notamment le "456"!) et le récepteur. Et commencé à enregistrer dans le logiciel les paramètres demandés. J'attaque maintenant la partie qui nécessite l'activation de l'émetteur, en observant les indications que tu me donnes. Bien entendu, je te tiendrai au courant de l'évolution du montage.

Mille fois Merci,

HelicoGui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎06‎/‎02‎/‎2019 à 19:48, jmb74 a dit :

Bonjour

En réponse à tes questions :

- pour le gain gyro

Il n'y a pas de différence d'efficacité à régler le gain gyro dans le logiciel du brain ou dans l'émetteur, si celui-ci dispose de plus de 6 voies.

C'est seulement l'aspect fonctionnel qui diffère, lors de la modification du gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans le logiciel, il faut connecter le brain à un ordinateur, démarrer le logiciel du brain et aller modifier la valeur de gain.

Si on choisi de régler le gain gyro dans l'émetteur, il suffit d'aller dans la configuration de l'émetteur, sélectionner la voie affectée au gyro, et régler la course de cette voie. Sur le terrain, c'est quand même plus pratique.

- pour le mode de vol

Le brain attends de recevoir un signal de la voie 6 ou 7 du récepteur.

Je prends pour exemple ma configuration avec un émetteur Spektrum DX9.

J'utilise la voie 7 de l'émetteur, à laquelle j'ai affecté un interrupteur 3 positions. J'ai réglé la course de cette voie à -100% pour la position 1 de l'interrupteur, 0% pour la position 2 et +100% pour la position 3.

Ensuite, pour contrôler le bon fonctionnement, il faut aller dans le menu basique (Wizard menu), étape 5 - configuration émetteur, canaux du récepteur, pour le canal "Configuration actuelle", on voit l'affichage configuration 1/2/3 changer en fonction de la manipulation de l'interrupteur affecté à la sélection du mode de vol.

Pour compléter ces explications, dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Général, Récepteur

fenêtre "Assignement des voies", "Sélection Config.", on visualise l'assignation de la voie de l'émetteur

fenêtre "Canaux de récepteur", "Configuration actuelle", on visualise le fonctionnement de l'interrupteur comme expliqué précédemment

 

Je te conseille de suivre pas à pas le logiciel, et cela devrait très bien se passer. Je te conseille aussi de t'en tenir aux valeurs par défaut qui répondent à 95% des situations.

Je te déconseille vivement de modifier les paramètres avancés sans connaissance, sous peine de te lancer dans une aventure sans fin...

Les exponentiels sont cependant modifiables sans trop de complexité.

 

Bon montage

 

JM

 

 

Bonsoir Jmb74,

 

Je rencontre la même bizarrerie que celle bataillée par le membre Pimpom:

Arrivé à l'onglet 5 du logiciel "Réglages moteur" j'obtiens le phénomène suivant:

- L'action de Gaz de l'émetteur fait varier la voie aileron du Brain

- L'action de l'anti-couple de l'émetteur fait varier la voie pitch du Brain

- L'action de l'aileron de l'émetteur fait varier la voie Gaz du Brain

- L'action de Profondeur de l'émetteur fait varier la voie Longitudinal du Brain

- L'action de la clé Gain A/C de l'émetteur fait varier la voie A/C du Brain

- L'action de la clé Sélection  du mode de vol de l'émetteur fait varier la voie Gain A/C du Brain

J'ai recâblé le récepteur au Brain, changé de récepteur, vérifié et contre-vérifié. L'émetteur est en mode 2, le plateau cyclique est sélectionné en H1.

Autre curiosité qui apporte peut-être une explication:

Dans le menu Advanced et la partie récepteur,

- la voie 3 est affectée à aileron (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 2)

- la voie 2 est affectée à Longitudinal (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 3)

- la voie 5 est affectée à A/C (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 4)

- la voie 4 est affectée à Pas (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 6)

- la voie 7 est affectée à Sélection config (ce qui est correct!)

- la voie 1 est affectée à Gaz (ce qui est correct!)

impossible de rectifier.

Ce phénomène aurait-il déjà rencontré et résolu? Pimpon déclare avoir réglé en jouant sur "inverse servo". Ce n'est pas mon cas. Si tu veux bien m'orienter sur les voies de résolution. Merci.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, helicogui a dit :

Bonsoir Jmb74,

 

Je rencontre la même bizarrerie que celle bataillée par le membre Pimpom:

Arrivé à l'onglet 5 du logiciel "Réglages moteur" j'obtiens le phénomène suivant:

- L'action de Gaz de l'émetteur fait varier la voie aileron du Brain

- L'action de l'anti-couple de l'émetteur fait varier la voie pitch du Brain

- L'action de l'aileron de l'émetteur fait varier la voie Gaz du Brain

- L'action de Profondeur de l'émetteur fait varier la voie Longitudinal du Brain

- L'action de la clé Gain A/C de l'émetteur fait varier la voie A/C du Brain

- L'action de la clé Sélection  du mode de vol de l'émetteur fait varier la voie Gain A/C du Brain

J'ai recâblé le récepteur au Brain, changé de récepteur, vérifié et contre-vérifié. L'émetteur est en mode 2, le plateau cyclique est sélectionné en H1.

Autre curiosité qui apporte peut-être une explication:

Dans le menu Advanced et la partie récepteur,

- la voie 3 est affectée à aileron (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 2)

- la voie 2 est affectée à Longitudinal (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 3)

- la voie 5 est affectée à A/C (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 4)

- la voie 4 est affectée à Pas (alors qu'en réalité sur mon récepteur c'est la voie 6)

- la voie 7 est affectée à Sélection config (ce qui est correct!)

- la voie 1 est affectée à Gaz (ce qui est correct!)

impossible de rectifier.

Ce phénomène aurait-il déjà rencontré et résolu? Pimpon déclare avoir réglé en jouant sur "inverse servo". Ce n'est pas mon cas. Si tu veux bien m'orienter sur les voies de résolution. Merci.

 

Rebonsoir,

En revenant sur le "récepteur" du menu Advanced, j'ai découvert qu'on pouvait réaffecter les voies. Et là, miracle, tout s'est rétabli. J'attends la prochaine difficulté. Merci

Helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, je n'avais pas abordé ce sujet pour ne pas te plonger dans une profonde confusion. Les numéros de voie du récepteur et du brain ne sont pas forcément identiques :huh:

En effet, il n'y a pas de standardisation des voies entre les différents fabricants d'émetteur-récepteur...

Je me permets une éminente citation :

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi […]

Modifié par jmb74

XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎09‎/‎02‎/‎2019 à 22:19, jmb74 a dit :

Effectivement, je n'avais pas abordé ce sujet pour ne pas te plonger dans une profonde confusion. Les numéros de voie du récepteur et du brain ne sont pas forcément identiques :huh:

En effet, il n'y a pas de standardisation des voies entre les différents fabricants d'émetteur-récepteur...

Je me permets une éminente citation :

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi […]

Bonsoir jmb74,

La citation sonne vraie! En effet, beaucoup de découvertes ont démarré aux hasard des manipulations, et ont fait l'objet de mise en théorie après-coup. Excellent.

Pour revenir à nos "birds", pourrais-tu m'expliquer la fonction Stabilisation automatique. Je pensais que c'était une aide au pilotage, mais le Wizard explique qu'il ne faut pas l'utiliser au décollage! Quand faut-il l'utiliser et quel effet?

Même question concernant la fonction Sauvetage; Quel effet et quand l'utiliser?

Merci,

"Celui qui ne sait rien, pour qui rien ne fonctionne et qui ne sait pas pourquoi"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Voici une excellente question.
Ces fonctions de Stabilisation automatique et Sauvetage me semblent tellement avantageuses que je ne comprends pas pourquoi elles ne sont pas plus utilisées par les pilotes.
La plupart des modules fbl les proposent, avec des efficacités variables suivant les marques. Le brain est plutôt fiable.

 

Conception
Il faut avant tout bien comprendre ce qu’on peut attendre de ces fonctionnalités et quelles en sont les limitations.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces fonctionnalités n’ont pas été conçues à l’origine pour faciliter l’apprentissage des pilotes débutants, comme c’est le cas pour les drones.
Par comparaison avec la dynamique de vol des drones, dans le cas des hélicoptères, le logiciel doit être autrement plus sophistiqué. Il n’y a qu’un seul rotor pour assurer la stabilisation du vol, et les trajectoires de vol peuvent être beaucoup plus complexes à gérer notamment en 3D rapide.
En conséquence, ces fonctionnalités de stabilisation automatique/sauvetage ne peuvent pas avoir un fonctionnement aussi parfait qu’avec un multi-rotors. L'horizontalité du disque rotor reste approximative, et il faut s’attendre à une dérive du fait de l’absence de stabilisation géo-positionnelle (sauf pour le Spirit équipé du gps additionnel GéoLink)
Elles ont plus été conçues comme une aide pour les pilotes de niveau intermédiaire, pour sauver une situation de vol délicate, et il ne faut pas en espérer plus. J’ai plusieurs fois utilisé la fonction sauvetage pour sauver l’hélico d’une manœuvre 3D dont l’issue semblait fatale, ou d’une perte d’orientation avec le soleil de face par exemple.
Cela ne doit bien sûr pas inciter à outrepasser les règles de sécurité élémentaires, c'est-à-dire voler loin de soi et du public, et suffisamment haut pour essayer de récupérer la figure hasardeuse soi-même, sans aide électronique.
Voici un débat polémique à consulter : http://forum.heli4.com/viewtopic.php?f=123&t=65320

Personnellement, quand je compte le nombre de crash évités par la fonction sauvetage pendant mes entrainements 3D, j’ai bien amorti le brain ;-)

 

Description
Les fonctions Stabilisation automatique et Sauvetage sont deux fonctions complètement différentes. Elles s'utilisent indépendamment l'une de l'autre.
La fonction Stabilisation automatique s'adresse au pilote novice. Elle limite l'inclinaison maximum de l'hélico et à tendance à toujours le remettre à plat.
La fonction Sauvetage s'adresse au pilote intermédiaire à confirmé pour rattraper une situation de vol non maitrisée. Lorsqu'elle est activée, elle prend la main sur le pilote. Elle remet l'hélico à plat. S'il était en vol dos, elle effectue un demi-tonneau puis remet l'hélico à plat. Ensuite l'hélico remonte à une altitude de sécurité, puis la fonction se désactive automatiquement, après une durée variable de 0,6 à 2 secondes, et rend la main au pilote. Le logiciel est sur ce point remarquablement bien conçu car il rend la main progressivement même si la durée de transition est très brève. 
Attention, même si l'hélico se retrouve à plat et en hauteur à l'issue de la procédure de sauvetage, en aucun cas son orientation ni sa position ne sont maintenues ensuite. Il appartient donc au pilote de récupérer la conduite de l'hélico, mais en partant d'une situation relativement sûre et facile à maitriser.

 

Mise en œuvre
Deux possibilités, soit associé à une ou plusieurs configurations de vol, soit activé par une voie spécifique.
Si la stabilisation automatique/sauvetage est associée à une configuration de vol, elle l'est en permanence pour la configuration. Il n'est pas possible de l'activer ou de la désactiver avec un interrupteur indépendamment de la configuration de vol. Cette méthode est assez pénalisante. Elle avait été conçue à l'origine pour un fonctionnement avec un émetteur limité à 7 voies. Dans le cas d'un émetteur à 8 voies ou plus, il est bien plus judicieux d'utiliser une voie spécifique avec un interrupteur dédié.

Pour la fonction Sauvetage, un interrupteur temporaire serait plus pratique qu'un interrupteur permanent. En effet, la fonction Sauvetage se désactive automatiquement d'elle-même, obligeant à repositionner un interrupteur permanent sur OFF avant de pouvoir la réactiver.

 

Pour réaliser la configuration, il faut d'une part vérifier que la stabilisation automatique/sauvetage ne soit pas associée à une ou plusieurs configurations de vol, d'autre part affecter la stabilisation automatique/sauvetage à la voie Aux, et enfin vérifier que l'émetteur envoie un signal sur cette voie avec un interrupteur dédié à la stabilisation automatique/sauvetage.
Pour exemple, voici ma procédure avec un émetteur Spektrum DX9 :
configuration de l'émetteur :
- vérifier que la voie 8 est affectée à Aux3
- affecter la voie 8 à l'interrupteur x
- vérifier le fonctionnement de l'interrupteur x : interrupteur off=%mini, on=%maxi, éventuellement inverser le sens de la voie
configuration du brain
dans l'étape 5 Configuration Emetteur
- vérifier le bon fonctionnement de la voie Aux : interrupteur de stabilisation sur OFF => 0%, sur ON => 100%
dans l'étape 11 Configuration Stabilisation automatique & Sauvetage
- dans les fenêtres Configuration 1, Configuration 2, Configuration 3, vérifier que les cases Utiliser la stabilisation automatique et Utiliser sauvetage ne sont PAS cochées
- dans la fenêtre AUX Channel
Pour activer la fonction Stabilisation automatique, cocher la case Utiliser la stabilisation automatique
Pour activer la fonction Sauvetage, cocher les cases Utiliser la stabilisation automatique ET Utiliser sauvetage
C'est fini   Désormais, il suffit d'utiliser l'interrupteur x pour que la stabilisation automatique ou le sauvetage soit actifs ou non, indépendamment de la configuration de vol.
La fenêtre AUX Channel permet aussi de modifier deux paramètres liés à la fonction stabilisation automatique : l'angle maxi autorisé en vol (par défaut : 45°) et le gain de stabilisation, c'est à dire la vitesse à laquelle s'effectue la remise à plat (par défaut : 25)

 

A noter que la fonction Sauvetage se désactive automatiquement après 0,6 seconde d'activité (valeur par défaut, modifiable de 0,2 à 2 secondes), et ce quelque soit la position de l'interrupteur.

 

Test

Il n'est pas très facile de tester le bon fonctionnement sur l'établi. La seule solution est de tester en réel.

Pour le premier essai, je conseille de monter assez haut, par exemple 20 mètres, de positionner l'hélico bien à plat en stationnaire, et d'enclencher le sauvetage en se préparant à rattraper toute anomalie. L'hélico devrait tout simplement monter nettement en restant relativement à plat, puis stopper son mouvement ascensionnel quand la fonction de sauvetage se désactive. Dès  que cette étape est validée, on peut considérer que le fonctionnement est correct. Il reste à tester dans toutes phases de vol complexes, évolutions lentes, évolutions rapides, montées, descentes, virages, piro, etc...et pour finir, la même chose en vol dos. :P 

 

Conseil

Il est très utile de s'entrainer régulièrement à utiliser la fonction sauvetage. Il faut que cela devienne un réflexe. Ce n'est pas quand le crash est imminent qu'il faut chercher où est l'interrupteur :blink:

Je teste la fonction Sauvetage au moins une fois lors de chaque séance de vol, et sur chaque hélico, d'une part pour m'assurer qu'elle fonctionne bien, d'autre part pour aiguiser mes reflexes.

A noter qu'un dysfonctionnement de la stabilisation laisse préjuger de l'apparition de vibrations, donc incite à poser rapidement pour étudier l'origine du problème.   

 

Précautions d’utilisation

 

Il est vivement déconseillé d'utiliser les fonctions Stabilisation automatique ou Sauvetage lors de la phase de décollage afin d'éviter des réactions inappropriées du Brain alors que le train d'atterrissage est toujours en contact avec le sol. En effet, les capteurs de rotation du brain interprètent la résistance du train d’atterrissage sur le sol comme un effet à contrer. Le brain envoie alors un ordre opposé à la résistance du patin en appui, ce qui a pour effet de faire basculer l’hélico en latéral lors du décollage :wacko:

 

La qualité de la stabilisation est très dépendante de l’absence de vibrations parasites générées par la mécanique de l’hélico.

Pour le fonctionnement normal du brain, le logiciel est conçu pour ne pas prendre en compte les vibrations jusqu’à un certain seuil, au dessous duquel les capteurs de rotation ignorent ces phénomènes parasites, et ne les interprètent pas comme des effets à contrer.
Pour le fonctionnement en mode stabilisation automatique/sauvetage, les capteurs de rotation créent un horizon artificiel lors de la phase d’initialisation avant le vol. C’est une phase très critique. Si les vibrations sont trop importantes, le pseudo horizon sera faussé, et lorsque la stabilisation automatique/ sauvetage sera activée, l’assiette de l’hélico sera complètement erronée.
A noter que le logiciel du brain comporte un analyseur de vibrations très sophistiqué dans le menu Diagnostic, onglet Vibrations

 

Evolution
L’évolution suivante sera l’ajout des fonctionnalités liées au géo-positionnement comme le propose déjà le module Spirit associé au module gps GéoLink.
Msh Electronics semble montrer un peu moins d’empressement, dans l’attente de trouver un récepteur gps et un capteur d’altitude barométrique très réactifs pour avoir un système encore plus fiable.
Les avantages à attendre me semble considérables, avec une avancée notable concernant la sécurité des vols.
Entre autre :
- définition d’une altitude plancher avec activation du sauvetage dès que ce seuil va être franchi
- définition d’une altitude plafond à ne pas dépasser
- définition d’un volume de vol, que l’hélico ne peut outrepasser
- définition d’un mur artificiel de protection du pilote et du public que l’hélico ne peut pas franchir
- stabilisation géo-stationnaire, et avec orientation pré-définie, de l'hélico en cas de stabilisation/sauvetage

Il restera à maitriser une programmation qui restera relativement complexe, mais techniquement très intéressante.

J'ose espérer que cela redynamise quelque peu l'hélico de voltige, en permettant aux pilotes souhaitant progresser dans cette discipline de réduire le nombre de crash.

 

Bien amicalement

JM

Modifié par jmb74

XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, jmb74 a dit :

Bonjour

Voici une excellente question.
Ces fonctions de Stabilisation automatique et Sauvetage me semblent tellement avantageuses que je ne comprends pas pourquoi elles ne sont pas plus utilisées par les pilotes.
La plupart des modules fbl les proposent, avec des efficacités variables suivant les marques. Le brain est plutôt fiable.

 

Conception
Il faut avant tout bien comprendre ce qu’on peut attendre de ces fonctionnalités et quelles en sont les limitations.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces fonctionnalités n’ont pas été conçues à l’origine pour faciliter l’apprentissage des pilotes débutants, comme c’est le cas pour les drones.
Par comparaison avec la dynamique de vol des drones, dans le cas des hélicoptères, le logiciel doit être autrement plus sophistiqué. Il n’y a qu’un seul rotor pour assurer la stabilisation du vol, et les trajectoires de vol peuvent être beaucoup plus complexes à gérer notamment en 3D rapide.
En conséquence, ces fonctionnalités de stabilisation automatique/sauvetage ne peuvent pas avoir un fonctionnement aussi parfait qu’avec un multi-rotors. L'horizontalité du disque rotor reste approximative, et il faut s’attendre à une dérive du fait de l’absence de stabilisation géo-positionnelle (sauf pour le Spirit équipé du gps additionnel GéoLink)
Elles ont plus été conçues comme une aide pour les pilotes de niveau intermédiaire, pour sauver une situation de vol délicate, et il ne faut pas en espérer plus. J’ai plusieurs fois utilisé la fonction sauvetage pour sauver l’hélico d’une manœuvre 3D dont l’issue semblait fatale, ou d’une perte d’orientation avec le soleil de face par exemple.
Cela ne doit bien sûr pas inciter à outrepasser les règles de sécurité élémentaires, c'est-à-dire voler loin de soi et du public, et suffisamment haut pour essayer de récupérer la figure hasardeuse soi-même, sans aide électronique.
Voici un débat polémique à consulter : http://forum.heli4.com/viewtopic.php?f=123&t=65320

Personnellement, quand je compte le nombre de crash évités par la fonction sauvetage pendant mes entrainements 3D, j’ai bien amorti le brain ;-)

 

Description
Les fonctions Stabilisation automatique et Sauvetage sont deux fonctions complètement différentes. Elles s'utilisent indépendamment l'une de l'autre.
La fonction Stabilisation automatique s'adresse au pilote novice. Elle limite l'inclinaison maximum de l'hélico et à tendance à toujours le remettre à plat.
La fonction Sauvetage s'adresse au pilote intermédiaire à confirmé pour rattraper une situation de vol non maitrisée. Lorsqu'elle est activée, elle prend la main sur le pilote. Elle remet l'hélico à plat. S'il était en vol dos, elle effectue un demi-tonneau puis remet l'hélico à plat. Ensuite l'hélico remonte à une altitude de sécurité, puis la fonction se désactive automatiquement, après une durée variable de 0,6 à 2 secondes, et rend la main au pilote. Le logiciel est sur ce point remarquablement bien conçu car il rend la main progressivement même si la durée de transition est très brève. 
Attention, même si l'hélico se retrouve à plat et en hauteur à l'issue de la procédure de sauvetage, en aucun cas son orientation ni sa position ne sont maintenues ensuite. Il appartient donc au pilote de récupérer la conduite de l'hélico, mais en partant d'une situation relativement sûre et facile à maitriser.

 

Mise en œuvre
Deux possibilités, soit associé à une ou plusieurs configurations de vol, soit activé par une voie spécifique.
Si la stabilisation automatique/sauvetage est associée à une configuration de vol, elle l'est en permanence pour la configuration. Il n'est pas possible de l'activer ou de la désactiver avec un interrupteur indépendamment de la configuration de vol. Cette méthode est assez pénalisante. Elle avait été conçue à l'origine pour un fonctionnement avec un émetteur limité à 7 voies. Dans le cas d'un émetteur à 8 voies ou plus, il est bien plus judicieux d'utiliser une voie spécifique avec un interrupteur dédié.

Pour la fonction Sauvetage, un interrupteur temporaire serait plus pratique qu'un interrupteur permanent. En effet, la fonction Sauvetage se désactive automatiquement d'elle-même, obligeant à repositionner un interrupteur permanent sur OFF avant de pouvoir la réactiver.

 

Pour réaliser la configuration, il faut d'une part vérifier que la stabilisation automatique/sauvetage ne soit pas associée à une ou plusieurs configurations de vol, d'autre part affecter la stabilisation automatique/sauvetage à la voie Aux, et enfin vérifier que l'émetteur envoie un signal sur cette voie avec un interrupteur dédié à la stabilisation automatique/sauvetage.
Pour exemple, voici ma procédure avec un émetteur Spektrum DX9 :
configuration de l'émetteur :
- vérifier que la voie 8 est affectée à Aux3
- affecter la voie 8 à l'interrupteur x
- vérifier le fonctionnement de l'interrupteur x : interrupteur off=%mini, on=%maxi, éventuellement inverser le sens de la voie
configuration du brain
dans l'étape 5 Configuration Emetteur
- vérifier le bon fonctionnement de la voie Aux : interrupteur de stabilisation sur OFF => 0%, sur ON => 100%
dans l'étape 11 Configuration Stabilisation automatique & Sauvetage
- dans les fenêtres Configuration 1, Configuration 2, Configuration 3, vérifier que les cases Utiliser la stabilisation automatique et Utiliser sauvetage ne sont PAS cochées
- dans la fenêtre AUX Channel
Pour activer la fonction Stabilisation automatique, cocher la case Utiliser la stabilisation automatique
Pour activer la fonction Sauvetage, cocher les cases Utiliser la stabilisation automatique ET Utiliser sauvetage
C'est fini   Désormais, il suffit d'utiliser l'interrupteur x pour que la stabilisation automatique ou le sauvetage soit actifs ou non, indépendamment de la configuration de vol.
La fenêtre AUX Channel permet aussi de modifier deux paramètres liés à la fonction stabilisation automatique : l'angle maxi autorisé en vol (par défaut : 45°) et le gain de stabilisation, c'est à dire la vitesse à laquelle s'effectue la remise à plat (par défaut : 25)

 

A noter que la fonction Sauvetage se désactive automatiquement après 0,6 seconde d'activité (valeur par défaut, modifiable de 0,2 à 2 secondes), et ce quelque soit la position de l'interrupteur.

 

Test

Il n'est pas très facile de tester le bon fonctionnement sur l'établi. La seule solution est de tester en réel.

Pour le premier essai, je conseille de monter assez haut, par exemple 20 mètres, de positionner l'hélico bien à plat en stationnaire, et d'enclencher le sauvetage en se préparant à rattraper toute anomalie. L'hélico devrait tout simplement monter nettement en restant relativement à plat, puis stopper son mouvement ascensionnel quand la fonction de sauvetage se désactive. Dès  que cette étape est validée, on peut considérer que le fonctionnement est correct. Il reste à tester dans toutes phases de vol complexes, évolutions lentes, évolutions rapides, montées, descentes, virages, piro, etc...et pour finir, la même chose en vol dos. :P 

 

Conseil

Il est très utile de s'entrainer régulièrement à utiliser la fonction sauvetage. Il faut que cela devienne un réflexe. Ce n'est pas quand le crash est imminent qu'il faut chercher où est l'interrupteur :blink:

Je teste la fonction Sauvetage au moins une fois lors de chaque séance de vol, et sur chaque hélico, d'une part pour m'assurer qu'elle fonctionne bien, d'autre part pour aiguiser mes reflexes.

A noter qu'un dysfonctionnement de la stabilisation laisse préjuger de l'apparition de vibrations, donc incite à poser rapidement pour étudier l'origine du problème.   

 

Précautions d’utilisation

 

Il est vivement déconseillé d'utiliser les fonctions Stabilisation automatique ou Sauvetage lors de la phase de décollage afin d'éviter des réactions inappropriées du Brain alors que le train d'atterrissage est toujours en contact avec le sol. En effet, les capteurs de rotation du brain interprètent la résistance du train d’atterrissage sur le sol comme un effet à contrer. Le brain envoie alors un ordre opposé à la résistance du patin en appui, ce qui a pour effet de faire basculer l’hélico en latéral lors du décollage :wacko:

 

La qualité de la stabilisation est très dépendante de l’absence de vibrations parasites générées par la mécanique de l’hélico.

Pour le fonctionnement normal du brain, le logiciel est conçu pour ne pas prendre en compte les vibrations jusqu’à un certain seuil, au dessous duquel les capteurs de rotation ignorent ces phénomènes parasites, et ne les interprètent pas comme des effets à contrer.
Pour le fonctionnement en mode stabilisation automatique/sauvetage, les capteurs de rotation créent un horizon artificiel lors de la phase d’initialisation avant le vol. C’est une phase très critique. Si les vibrations sont trop importantes, le pseudo horizon sera faussé, et lorsque la stabilisation automatique/ sauvetage sera activée, l’assiette de l’hélico sera complètement erronée.
A noter que le logiciel du brain comporte un analyseur de vibrations très sophistiqué dans le menu Diagnostic, onglet Vibrations

 

Evolution
L’évolution suivante sera l’ajout des fonctionnalités liées au géo-positionnement comme le propose déjà le module Spirit associé au module gps GéoLink.
Msh Electronics semble montrer un peu moins d’empressement, dans l’attente de trouver un récepteur gps et un capteur d’altitude barométrique très réactifs pour avoir un système encore plus fiable.
Les avantages à attendre me semble considérables, avec une avancée notable concernant la sécurité des vols.
Entre autre :
- définition d’une altitude plancher avec activation du sauvetage dès que ce seuil va être franchi
- définition d’une altitude plafond à ne pas dépasser
- définition d’un volume de vol, que l’hélico ne peut outrepasser
- définition d’un mur artificiel de protection du pilote et du public que l’hélico ne peut pas franchir
- stabilisation géo-stationnaire, et avec orientation pré-définie, de l'hélico en cas de stabilisation/sauvetage

Il restera à maitriser une programmation qui restera relativement complexe, mais techniquement très intéressante.

J'ose espérer que cela redynamise quelque peu l'hélico de voltige, en permettant aux pilotes souhaitant progresser dans cette discipline de réduire le nombre de crash.

 

Bien amicalement

JM

Bonsoir Jmb74,

Quelle mine d'informations! J'en suis stupéfait! J'aurais cru avoir affaire l'ingénieur concepteur du Brain! MSH devrait s'en inspirer pour rédiger une doc digne de ce nom. Je voulais te répondre avant de procéder selon tes précieuses indications. Un grand Merci et à bientôt.

Amitiés,

Helicogui

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎11‎/‎02‎/‎2019 à 12:59, jmb74 a dit :

Bonjour

Voici une excellente question.
Ces fonctions de Stabilisation automatique et Sauvetage me semblent tellement avantageuses que je ne comprends pas pourquoi elles ne sont pas plus utilisées par les pilotes.
La plupart des modules fbl les proposent, avec des efficacités variables suivant les marques. Le brain est plutôt fiable.

 

Conception
Il faut avant tout bien comprendre ce qu’on peut attendre de ces fonctionnalités et quelles en sont les limitations.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces fonctionnalités n’ont pas été conçues à l’origine pour faciliter l’apprentissage des pilotes débutants, comme c’est le cas pour les drones.
Par comparaison avec la dynamique de vol des drones, dans le cas des hélicoptères, le logiciel doit être autrement plus sophistiqué. Il n’y a qu’un seul rotor pour assurer la stabilisation du vol, et les trajectoires de vol peuvent être beaucoup plus complexes à gérer notamment en 3D rapide.
En conséquence, ces fonctionnalités de stabilisation automatique/sauvetage ne peuvent pas avoir un fonctionnement aussi parfait qu’avec un multi-rotors. L'horizontalité du disque rotor reste approximative, et il faut s’attendre à une dérive du fait de l’absence de stabilisation géo-positionnelle (sauf pour le Spirit équipé du gps additionnel GéoLink)
Elles ont plus été conçues comme une aide pour les pilotes de niveau intermédiaire, pour sauver une situation de vol délicate, et il ne faut pas en espérer plus. J’ai plusieurs fois utilisé la fonction sauvetage pour sauver l’hélico d’une manœuvre 3D dont l’issue semblait fatale, ou d’une perte d’orientation avec le soleil de face par exemple.
Cela ne doit bien sûr pas inciter à outrepasser les règles de sécurité élémentaires, c'est-à-dire voler loin de soi et du public, et suffisamment haut pour essayer de récupérer la figure hasardeuse soi-même, sans aide électronique.
Voici un débat polémique à consulter : http://forum.heli4.com/viewtopic.php?f=123&t=65320

Personnellement, quand je compte le nombre de crash évités par la fonction sauvetage pendant mes entrainements 3D, j’ai bien amorti le brain ;-)

 

Description
Les fonctions Stabilisation automatique et Sauvetage sont deux fonctions complètement différentes. Elles s'utilisent indépendamment l'une de l'autre.
La fonction Stabilisation automatique s'adresse au pilote novice. Elle limite l'inclinaison maximum de l'hélico et à tendance à toujours le remettre à plat.
La fonction Sauvetage s'adresse au pilote intermédiaire à confirmé pour rattraper une situation de vol non maitrisée. Lorsqu'elle est activée, elle prend la main sur le pilote. Elle remet l'hélico à plat. S'il était en vol dos, elle effectue un demi-tonneau puis remet l'hélico à plat. Ensuite l'hélico remonte à une altitude de sécurité, puis la fonction se désactive automatiquement, après une durée variable de 0,6 à 2 secondes, et rend la main au pilote. Le logiciel est sur ce point remarquablement bien conçu car il rend la main progressivement même si la durée de transition est très brève. 
Attention, même si l'hélico se retrouve à plat et en hauteur à l'issue de la procédure de sauvetage, en aucun cas son orientation ni sa position ne sont maintenues ensuite. Il appartient donc au pilote de récupérer la conduite de l'hélico, mais en partant d'une situation relativement sûre et facile à maitriser.

 

Mise en œuvre
Deux possibilités, soit associé à une ou plusieurs configurations de vol, soit activé par une voie spécifique.
Si la stabilisation automatique/sauvetage est associée à une configuration de vol, elle l'est en permanence pour la configuration. Il n'est pas possible de l'activer ou de la désactiver avec un interrupteur indépendamment de la configuration de vol. Cette méthode est assez pénalisante. Elle avait été conçue à l'origine pour un fonctionnement avec un émetteur limité à 7 voies. Dans le cas d'un émetteur à 8 voies ou plus, il est bien plus judicieux d'utiliser une voie spécifique avec un interrupteur dédié.

Pour la fonction Sauvetage, un interrupteur temporaire serait plus pratique qu'un interrupteur permanent. En effet, la fonction Sauvetage se désactive automatiquement d'elle-même, obligeant à repositionner un interrupteur permanent sur OFF avant de pouvoir la réactiver.

 

Pour réaliser la configuration, il faut d'une part vérifier que la stabilisation automatique/sauvetage ne soit pas associée à une ou plusieurs configurations de vol, d'autre part affecter la stabilisation automatique/sauvetage à la voie Aux, et enfin vérifier que l'émetteur envoie un signal sur cette voie avec un interrupteur dédié à la stabilisation automatique/sauvetage.
Pour exemple, voici ma procédure avec un émetteur Spektrum DX9 :
configuration de l'émetteur :
- vérifier que la voie 8 est affectée à Aux3
- affecter la voie 8 à l'interrupteur x
- vérifier le fonctionnement de l'interrupteur x : interrupteur off=%mini, on=%maxi, éventuellement inverser le sens de la voie
configuration du brain
dans l'étape 5 Configuration Emetteur
- vérifier le bon fonctionnement de la voie Aux : interrupteur de stabilisation sur OFF => 0%, sur ON => 100%
dans l'étape 11 Configuration Stabilisation automatique & Sauvetage
- dans les fenêtres Configuration 1, Configuration 2, Configuration 3, vérifier que les cases Utiliser la stabilisation automatique et Utiliser sauvetage ne sont PAS cochées
- dans la fenêtre AUX Channel
Pour activer la fonction Stabilisation automatique, cocher la case Utiliser la stabilisation automatique
Pour activer la fonction Sauvetage, cocher les cases Utiliser la stabilisation automatique ET Utiliser sauvetage
C'est fini   Désormais, il suffit d'utiliser l'interrupteur x pour que la stabilisation automatique ou le sauvetage soit actifs ou non, indépendamment de la configuration de vol.
La fenêtre AUX Channel permet aussi de modifier deux paramètres liés à la fonction stabilisation automatique : l'angle maxi autorisé en vol (par défaut : 45°) et le gain de stabilisation, c'est à dire la vitesse à laquelle s'effectue la remise à plat (par défaut : 25)

 

A noter que la fonction Sauvetage se désactive automatiquement après 0,6 seconde d'activité (valeur par défaut, modifiable de 0,2 à 2 secondes), et ce quelque soit la position de l'interrupteur.

 

Test

Il n'est pas très facile de tester le bon fonctionnement sur l'établi. La seule solution est de tester en réel.

Pour le premier essai, je conseille de monter assez haut, par exemple 20 mètres, de positionner l'hélico bien à plat en stationnaire, et d'enclencher le sauvetage en se préparant à rattraper toute anomalie. L'hélico devrait tout simplement monter nettement en restant relativement à plat, puis stopper son mouvement ascensionnel quand la fonction de sauvetage se désactive. Dès  que cette étape est validée, on peut considérer que le fonctionnement est correct. Il reste à tester dans toutes phases de vol complexes, évolutions lentes, évolutions rapides, montées, descentes, virages, piro, etc...et pour finir, la même chose en vol dos. :P 

 

Conseil

Il est très utile de s'entrainer régulièrement à utiliser la fonction sauvetage. Il faut que cela devienne un réflexe. Ce n'est pas quand le crash est imminent qu'il faut chercher où est l'interrupteur :blink:

Je teste la fonction Sauvetage au moins une fois lors de chaque séance de vol, et sur chaque hélico, d'une part pour m'assurer qu'elle fonctionne bien, d'autre part pour aiguiser mes reflexes.

A noter qu'un dysfonctionnement de la stabilisation laisse préjuger de l'apparition de vibrations, donc incite à poser rapidement pour étudier l'origine du problème.   

 

Précautions d’utilisation

 

Il est vivement déconseillé d'utiliser les fonctions Stabilisation automatique ou Sauvetage lors de la phase de décollage afin d'éviter des réactions inappropriées du Brain alors que le train d'atterrissage est toujours en contact avec le sol. En effet, les capteurs de rotation du brain interprètent la résistance du train d’atterrissage sur le sol comme un effet à contrer. Le brain envoie alors un ordre opposé à la résistance du patin en appui, ce qui a pour effet de faire basculer l’hélico en latéral lors du décollage :wacko:

 

La qualité de la stabilisation est très dépendante de l’absence de vibrations parasites générées par la mécanique de l’hélico.

Pour le fonctionnement normal du brain, le logiciel est conçu pour ne pas prendre en compte les vibrations jusqu’à un certain seuil, au dessous duquel les capteurs de rotation ignorent ces phénomènes parasites, et ne les interprètent pas comme des effets à contrer.
Pour le fonctionnement en mode stabilisation automatique/sauvetage, les capteurs de rotation créent un horizon artificiel lors de la phase d’initialisation avant le vol. C’est une phase très critique. Si les vibrations sont trop importantes, le pseudo horizon sera faussé, et lorsque la stabilisation automatique/ sauvetage sera activée, l’assiette de l’hélico sera complètement erronée.
A noter que le logiciel du brain comporte un analyseur de vibrations très sophistiqué dans le menu Diagnostic, onglet Vibrations

 

Evolution
L’évolution suivante sera l’ajout des fonctionnalités liées au géo-positionnement comme le propose déjà le module Spirit associé au module gps GéoLink.
Msh Electronics semble montrer un peu moins d’empressement, dans l’attente de trouver un récepteur gps et un capteur d’altitude barométrique très réactifs pour avoir un système encore plus fiable.
Les avantages à attendre me semble considérables, avec une avancée notable concernant la sécurité des vols.
Entre autre :
- définition d’une altitude plancher avec activation du sauvetage dès que ce seuil va être franchi
- définition d’une altitude plafond à ne pas dépasser
- définition d’un volume de vol, que l’hélico ne peut outrepasser
- définition d’un mur artificiel de protection du pilote et du public que l’hélico ne peut pas franchir
- stabilisation géo-stationnaire, et avec orientation pré-définie, de l'hélico en cas de stabilisation/sauvetage

Il restera à maitriser une programmation qui restera relativement complexe, mais techniquement très intéressante.

J'ose espérer que cela redynamise quelque peu l'hélico de voltige, en permettant aux pilotes souhaitant progresser dans cette discipline de réduire le nombre de crash.

 

Bien amicalement

JM

Bonsoir JM,

J'avais écrit mais mon message s'est perdu dans les méandres du forum!

Je disais que j'ai effectivement associé une clé à la voie 8 pour enclencher ou non la fonction stabilisation mais que je ne voyais pas comment raccorder la voie 8 au Brain puisque celui ci n'a plus d'autre entrée que celle du contrôle moteur. Ton DX9 a probablement une distribution des voies en série par BUS?

Alors, je ne vois que la solution consistant à cocher la fonction stabilisation sur le deuxième mode de vol et plus tard cocher les fonctions stab et sauvetage sur le troisième mode de vol. Le premier mode de vol étant sans aucune de ces deux fonctions (décollage et atterrissage)

Qu'en penses-tu?

Merci de ton soutien.

Amitiés,

HG

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Il y a deux solutions à ton problème.

 

Tu as parfaitement décrit l'une des solutions, les fonctions stabilisation automatique et sauvetage associées aux configurations de vol. Effectivement, la configuration 1 ne doit pas être associée à ces fonctions (cases à cocher Utiliser la stabilisation automatique et Utiliser sauvetage décochées pour la configuration 1) pour pouvoir décoller et atterrir sans problème en utilisant cette configuration.

 

L'autre solution est de régler le gain anti-couple via le logiciel plutôt qu'à l'aide d'une voie radio. Ceci te permet de récupérer cette voie pour la commande des fonctions stabilisation automatique et sauvetage via un interrupteur dédié comme je l'avais décrit précédemment.

Pour ce faire,  dans l'étape 8 Configuration Anticouple, il faut cocher la case Réglé dans le logiciel. Consultes l'info-bulle associée à cette case.

Tu constates que le gain anticouple prend la valeur par défaut 45 et que la case à cocher Conservateur de cap devient active.

Lis le tutoriel associé à cette étape.

Quand tout est au point, c'est un paramètre qu'on ne modifie pratiquement plus. Si on est limité en nombre de voie, c'est dommage d'en monopoliser une pour ne jamais l'utiliser.

Il me semble plus judicieux de conserver cette voie pour des fonctions vraiment importantes comme par exemple l'activation du sauvetage.

Pour compléter, dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Général, Récepteur

fenêtre Assignement des voies, tu constates que la case à cocher Réglé dans le logiciel est bien cochée et que la voie affectée au Gain anticouple est libérée (affichage grisé clair)

Il faut réaffecter cette voie à Aux.

Dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Configuration, Anticouple

fenêtre Gain proportionnel par SW, tu peut ajuster le gain de chaque configuration. Consultes l'info-bulle associée. Cela te permet d'avoir des gains anticouple différents si les régimes moteurs sont très différents entre les 3 configurations. Généralement, une seule valeur de gain suffit pour les 3 configurations.

 

Je me permets un conseil concernant le gain anticouple, peut importe s'il est réglé via une voie radio ou via le logiciel.

S'il y a un problème d'anticouple, dans la très grande majorité des cas, l'origine est mécanique, pas électronique. Inutile de passer des heures à peaufiner le réglage du gain anticouple s'il y a un problème mécanique sous-jacent. Ce n'est pas le module fbl qui le corrigera !

 

Amicalement

JM

 

Modifié par jmb74

XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, jmb74 a dit :

Bonjour

Il y a deux solutions à ton problème.

 

Tu as parfaitement décrit l'une des solutions, les fonctions stabilisation automatique et sauvetage associées aux configurations de vol. Effectivement, la configuration 1 ne doit pas être associée à ces fonctions (cases à cocher Utiliser la stabilisation automatique et Utiliser sauvetage décochées pour la configuration 1) pour pouvoir décoller et atterrir sans problème en utilisant cette configuration.

 

L'autre solution est de régler le gain anti-couple via le logiciel plutôt qu'à l'aide d'une voie radio. Ceci te permet de récupérer cette voie pour la commande des fonctions stabilisation automatique et sauvetage via un interrupteur dédié comme je l'avais décrit précédemment.

Pour ce faire,  dans l'étape 8 Configuration Anticouple, il faut cocher la case Réglé dans le logiciel. Consultes l'info-bulle associée à cette case.

Tu constates que le gain anticouple prend la valeur par défaut 45 et que la case à cocher Conservateur de cap devient active.

Lis le tutoriel associé à cette étape.

Quand tout est au point, c'est un paramètre qu'on ne modifie pratiquement plus. Si on est limité en nombre de voie, c'est dommage d'en monopoliser une pour ne jamais l'utiliser.

Il me semble plus judicieux de conserver cette voie pour des fonctions vraiment importantes comme par exemple l'activation du sauvetage.

Pour compléter, dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Général, Récepteur

fenêtre Assignement des voies, tu constates que la case à cocher Réglé dans le logiciel est bien cochée et que la voie affectée au Gain anticouple est libérée (affichage grisé clair)

Il faut réaffecter cette voie à Aux.

Dans le menu avancé (Advanced menu), onglet Configuration, Anticouple

fenêtre Gain proportionnel par SW, tu peut ajuster le gain de chaque configuration. Consultes l'info-bulle associée. Cela te permet d'avoir des gains anticouple différents si les régimes moteurs sont très différents entre les 3 configurations. Généralement, une seule valeur de gain suffit pour les 3 configurations.

 

Je me permets un conseil concernant le gain anticouple, peut importe s'il est réglé via une voie radio ou via le logiciel.

S'il y a un problème d'anticouple, dans la très grande majorité des cas, l'origine est mécanique, pas électronique. Inutile de passer des heures à peaufiner le réglage du gain anticouple s'il y a un problème mécanique sous-jacent. Ce n'est pas le module fbl qui le corrigera !

 

Amicalement

JM

 

Bonjour JM,

J'avais effectivement pensé à libérer la voie gain anti-couple au profit de la sélection de la/les fonction(s) stab et sauvetage. Mais je ressentais cette solution peu élégante en ce sens que s'il fallait modifier le gain il fallait repasser par "l'établi"! Tes recommandations solidement argumentées ont modifié ma position. Je vais donc utiliser cette voie anti-couple avec les précautions conseillées.

Autre question à soumettre à ta sagacité: Une clé étant affectée aux fonctions stabilisation et sauvetage, comment déclencher le sauvetage en cas de détresse? Tu parlais d'une clé à impulsion puisque la fonction vol normal est automatiquement rétablie après environ 2 secondes de remise à plat. Peut-on affecter une clé distincte à la fonction sauvetage?

Merci et cordialement,

Helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour
Effectivement, pour ce que tu veux faire, il va y avoir un problème.
En fait, il faut comprendre que le logiciel a évolué de façon itérative sans ligne directrice véritable.
Si on ajoute une documentation nébuleuse et une absence totale de support utilisateur en Europe, il est assez logique que les utilisateurs soient à la peine !
Tu n'es d'ailleurs pas le seul à t'interroger  : https://www.helifreak.com/showthread.php?t=820591

Malgré ces critiques, je te rassure quand même, une fois convenablement configuré, ça marche et plutôt très bien :)

Pour en venir à ton problème, il ne va pas être possible d'utiliser la fonction stabilisation automatique ou sauvetage au choix avec un interrupteur ou même deux interrupteurs dédiés.
C'est soit l'une soit l'autre, mais pas les deux au choix.
La seule façon d'avoir les deux, c'est comme tu voulais le faire initialement, en associant la fonction stabilisation automatique à une configuration (par exemple la 2)  et la fonction sauvetage à une autre configuration (par exemple la 3).

Et bien entendu, la configuration 1 sans stabilisation automatique ni sauvetage, pour les phases de décollage et d'atterrissage.
Comme tu es en phase de découverte, c'est ce que je te conseille. Quand tu te seras fait une opinion, tu auras tout loisir de modifier ta configuration.

Amicalement

JM
 

 


XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 22 heures, jmb74 a dit :

Bonjour
Effectivement, pour ce que tu veux faire, il va y avoir un problème.
En fait, il faut comprendre que le logiciel a évolué de façon itérative sans ligne directrice véritable.
Si on ajoute une documentation nébuleuse et une absence totale de support utilisateur en Europe, il est assez logique que les utilisateurs soient à la peine !
Tu n'es d'ailleurs pas le seul à t'interroger  : https://www.helifreak.com/showthread.php?t=820591

Malgré ces critiques, je te rassure quand même, une fois convenablement configuré, ça marche et plutôt très bien :)

Pour en venir à ton problème, il ne va pas être possible d'utiliser la fonction stabilisation automatique ou sauvetage au choix avec un interrupteur ou même deux interrupteurs dédiés.
C'est soit l'une soit l'autre, mais pas les deux au choix.
La seule façon d'avoir les deux, c'est comme tu voulais le faire initialement, en associant la fonction stabilisation automatique à une configuration (par exemple la 2)  et la fonction sauvetage à une autre configuration (par exemple la 3).

Et bien entendu, la configuration 1 sans stabilisation automatique ni sauvetage, pour les phases de décollage et d'atterrissage.
Comme tu es en phase de découverte, c'est ce que je te conseille. Quand tu te seras fait une opinion, tu auras tout loisir de modifier ta configuration.

Amicalement

JM
 

 

Bonsoir JM,

En tant que débutant je ne ferai au début que du stationnaire à moins de 5 m de hauteur, assorti de  légères translations. Je pense ne pas utiliser la fonction sauvetage d'autant que lorsque la situation de détresse se présente il faut réagir en quelques fractions de seconde! Donc, mon intention est de décoller et atterrir sans aucune assistance et de basculer sur le mode de vol 2 avec la stabilisation automatique. Ce qui correspond à ta dernière recommandation.

Là, les réglages sont terminés, un dernier tour pour les dernières vérifications (blocage visserie, mouvement libre et ample des commandes et surtout dans le bon sens de l'A/C...) et je me dirigerai vers le terrain. J'espère ne pas avoir de surprise désagréable. Bien entendu, je te tiens au courant.

Amitiés,

Helicogui

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ok. Dans ce cas, effectivement, n'utilises pas la fonction sauvetage.

Je te conseille :

configuration 1 / pas de stabilisation, courbe pas/gaz pour décollage-atterrissage

configuration 2 / pas de stabilisation, courbe pas/gaz pour vol normal

configuration 3 / stabilisation, courbe pas/gaz pour vol normal

Cela te permets de tester la stabilisation sans risque. Tu décolles avec la config 1. Tu passes ensuite en config 2. Ensuite, en stationnaire bien à plat, un peu haut pour avoir de la marge (plus que 5 mètres), tu passes de config 2 à config 3 pour enclencher la stabilisation, et au moindre doute sur la stabilisation tu reviens à la config 2.

Ce premier test est critique. Une fois validé, ça sera tout bon.

N'oublies pas de repasser en config 1, ou éventuellement 2, pour l'atterrissage.


XK110, Protos 380, Protos 500, Protos 700, Protos 770 evo, Hughes MD500/700

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Copyright 2002-2017 par FRANCE-HELICO.COM

France-Helico est un site créé sans but commercial par des passionnés de l'hélicoptère.
×